“Morale, instinct”

“…L’humain n’est pas et ne peut être parfait, on ne peut donc lui demander de ne jamais pécher, mais on peut cependant lui inculquer le sens du devoir, de la responsabilité, l’esprit d’analyse, de réflexion, de discernement, le mettre à même s’auto critiquer constamment, s’auto construire par l’apprentissage continu qui passe par toutes les expériences de la vie, bonnes ou moins bonnes. L’essentiel n’étant pas de devenir un ange irréprochable -ce qui est d’ailleurs impossible, mais d’être un Homme, un vrai. Un Homme équilibré, un Homme de chair qui se trompe mais se corrige, un Homme d’esprit qui comprend, qui s’élève par l’âme au dessus des tentations matérielles tant que sa nature lui permet. Car au delà des discours moralisants, il y’a une réalité incontestable qui fait que l’homme est mu et conditionné plus par “l’appétence” -penchant naturel de l’homme à suivre ce qui répond à ses instincts, plus qu’il ne l’est par les discours bien trop moralisateurs qui l’ignorent ou le répriment. Il s’agit donc plus d’essayer de respecter, de créer parfois cet équilibre et cette harmonie entre le bien et le mal, entre l’homo sapiens et l’homme primitif, sa morale et ses instincts. Cela permettrait au religieux de dépasser sa schizophrénie, ses contradictions, ses doutes face à la religion, face à la science, face à la vie… Alors enfin, il fera la réconciliation avec le monde qui l’entoure et qui évolue à un rythme qui lui échappe…”

Khadija Mouakiti


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s